Force mentale en sport : comment la développer rapidement ?

Parfois, en tant que sportif, nous allons dire : “Lui, il a gagné au mental”. Ou encore : “Lui, il a perdu parce qu’il n’avait pas de mental et s’il en avait eu, alors il aurait pu gagner.”

Et donc nous allons croire que certains sportifs de haut niveau ont une force mentale en sport développée c’est-à-dire qu’ils sont forts mentalement et que les autres le sont moins.

Nous allons vous dévoiler dans cet article, le secret pour développer rapidement votre force mentale en sport.

Qu’est-ce que la force mentale en sport ?

La force mentale est vraiment ce qui va parfois permettre d’aller nous dépasser :

  • quand nous sommes vraiment fatigué ou à bout ;
  • et quand le corps n’en peut plus.
Elle nous permet également d’aller chercher ce millimètre qui va faire qu’à la fin, nous allons être vraiment être fier de nous. Nous pourrons ainsi dire : j’ai tout donné.

La force mentale est donc cette capacité à s’attacher à un objectif qui est aligné avec qui nous sommes. L’attachement est vraiment plus fort que les obstacles qui peuvent l’entraver.

Pourquoi la force mentale est-elle importante en sport ?

En sport comme dans tout autre domaine de la vie, la force mentale va être importante. Pourquoi ? Tout simplement puisqu’elle va permettre de pouvoir dépasser chaque challenge qui va nous arriver.

Les gens qui sont “faibles” mentalement croient que tout arrivera comme ça et sans effort, alors que non.

En fait, chaque objectif va nous :

  • soutenir ;
  • faire éprouver de la fierté et du dépassement ;
  • accomplir ;
  • et permettre de nous épanouir.

Par contre, il y a aussi son lot de challenges qui va venir avec. Si j’ai envie d’être champion du monde par exemple, et bien je vais être obligé de “m’entraîner énormément”. Un entraînement sérieux est indispensable pour cet objectif et donc je vais être obligé de faire des sacrifices.

Et si je n’ai pas la force mentale de me connecter sur mon objectif, alors je vais être distrait par l’environnement. Il est ainsi probable que j’abandonne et que j’aille boire un verre avec des amis, alors que je devrais aller à mon entraînement.

Tout cela va faire qu’à un moment donné, en fait, nous allons manquer d’implication dans notre objectif. Nous avons ainsi avoir des chances de le lâcher pour des choses qui nous distraient sur du court terme. Par contre, si nous avions la bonne force mentale, et bien nous pourrions :

  • atteindre notre objectif ;
  • et être encore plus fier de nous.

Donc, il y a cette notion de court terme et de moyen terme.

Si vous cherchez un outil pour améliorer vos performances, alors notre article sur l’hypnose sport vous sera très utile.

Comment savoir si je suis fort mentalement ?

Vous gérez vos émotions par la logique

Une bonne force mentale en sport pour gérer les émotions par la logique

Nous allons regarder et discerner les faits de l’émotion. Après une compétition, nous allons donc arrêter de dire : j’ai été nulle ou j’ai été forte. Nous allons être capables d’analyser rationnellement où est-ce que nous pouvons nous améliorer.

Par exemple, à l’Académie de la Haute Performance, les athlètes que nous accompagnons, nous leur demandons de remplir 4 items c’est-à-dire :

  • physiquement ;
  • tactiquement ;
  • techniquement ;
  • et mentalement.

Alors après, selon les sports, nous allons mettre des sous-items. Par exemple en tennis :

  • techniquement ça peut être le coup droit ou le revers ;
  • tactiquement, ça veut dire, est-ce j’ai mis en place ma tactique et est-ce que je l’ai bien tenue.

Au lieu de nous dire je suis nul ou je suis fort, nous allons nous noter dans chaque item entre 1 et 10. L’objectif est de déterminer à combien je me suis perçu. Par exemple ça peut être sur les gros items :

  • techniquement, j’étais au top et du coup j’étais à 10 sur 10 ;
  • tactiquement, peut-être que je n’ai pas assez préparé ma compétition et j’étais à 7 sur 10 ;
  • mentalement, j’étais à 10 sur 10 ;
  • et physiquement j’étais à 8 sur 10.

Bien sûr, il y a les sous-items que nous allons également remplir. Et en fonction de ça, nous allons savoir exactement où est-ce que nous pouvons nous améliorer. Ainsi, nous allons venir sur des choses qui sont logiques et rationnelles plutôt que de dire j’ai été nul ou j’ai été fort.

Vous ne dénigrez pas vos concurrents

Pourquoi ? Parce que, plus vous allez dénigrer vos concurrents en mode : il est arrogant, il se la pète, c’est un imposteur, il ne mérite pas de gagner, plus vous allez (ce que nous allons dire à l’Académie de la Haute Performance) vous polariser.

Cela veut dire que vous allez condamner ça chez l’autre. Plus vous allez faire ça, plus vous allez vous empêcher d’accéder à votre objectif.

C’est le cas par exemple d’une championne du monde que nous avons accompagnée en jet-ski. Lorsque nous lui avions demandé : “qu’est-ce qui t’agace chez tes concurrents ?”

Elle avait dit : “j’ai une adversaire qui se la pète, je ne supporte comment elle s’y croit”.

Ainsi, ce qu’elle condamnait chez l’autre, c’est ce qu’elle s’empêchait d’être pour pouvoir gagner.

Elle a alors pu s’autoriser à être pleinement elle-même lors d’une compétition en :

  • faisant des Dépolarisations sur ces traits de caractère-là ;
  • et en voyant que l’autre avait de son point de vue raison d’être comme ça.

En seulement 2 mois dans l’Académie de la Haute Performance, elle a réalisé son rêve d’être championne du monde.

Vous vous adaptez rapidement au changement

Une joueuse de tennis qui s'adapte au changement grâce à une bonne force mentale

Plus vous allez être connecté à votre objectif à long terme, et plus vous allez vous adapter quand il y a un changement de dernière minute.

Vous allez prendre vos responsabilités et dire : “ok, quels sont les bénéfices pour moi ?”

Et ainsi pouvoir évoluer rapidement.

À l’inverse, vous allez vous mettre dans une situation de victime si :

  • vous ne vous adaptez pas rapidement ;
  • vous voulez que l’extérieur change plutôt que vos perceptions ;
  • vous vous empêchez de prendre vos responsabilités.

Vous allez ainsi rentrer dans le triangle de Karpman et vous allez dire en gros : “c’est de la faute de l’extérieur si je vais mal, c’est injuste etc”. Et donc, vous ne prenez pas vos responsabilités et vous n’êtes pas en train d’évoluer.

Vous affrontez les peurs qui vous freinent

En effet, ce que nous pouvons parfois voir c’est qu’il y a des sportifs qui arrivent sur des grosses compétitions et qui commencent à avoir un peu peur. Et cette peur va prendre le dessus sur la détermination.

Je me rappelle justement d’une sportive que nous avions accompagnée en karaté. Elle avait été plusieurs fois championne du monde. Mais, elle était à un stade où elle commençait à perdre, perdre, perdre, parce que c’était sa dernière année de compétition et elle se mettait la pression.

Et donc, comme elle le dit elle-même, sa peur de perdre était devenue plus forte que son envie de gagner. Ainsi, en se débarrassant de cette peur :

  • elle a pu relâcher la pression ;
  • et reconnecter à son envie de gagner et se dépasser.
Alors attention, parce que la peur reste légèrement et subtilement un petit peu présente. Et c’est bien en fait car c’est la bonne pression qui permet de se dépasser.

Pourquoi ? Parce que la zone de performance chez un être humain se situe entre :

  • la zone de certitude (celle de l’envie de faire) ;
  • et d’incertitude ou la zone de peur (j’ai un petit peu peur de faire ça).

Quand nous apprenons à nous dire que là nous sommes au bon endroit quand il y a un peu de peur, alors nous allons nous dépasser nous-même. Le dépassement de soi revient à :

  • être un peu plus nous ;
  • être un peu plus confiant ;
  • et être un peu meilleur chaque jour au quotidien.

Il y a un dépassement qui passe aussi par une phase de dépassement des peurs pour aller de plus en plus vers soi. La peur est alors naturelle et c’est le bon endroit. C’est justement à ce moment-là qu’il faut du courage (courage vient vraiment du mot cœur) pour pouvoir évoluer.

C’est d’ailleurs pour vous aider à y parvenir que nous avons écrit l’article : comment se libérer de ses peurs ?

Vous apprenez de vos erreurs

Un joueur de squash qui essaye de voir les bénéfices de sa défaite

Et oui, quand nous avons une défaite par exemple, nous allons être capables de regarder tous les bénéfices, bénéfices, bénéfices d’avoir eu cette défaite à court terme. Nous pourrons ainsi en faire une victoire à long terme.

En ce sens, nous nous mettons dans un processus d’apprentissage continu. Il n’y a donc plus de notion de défaite et il n’y a plus de notion de victoire. Il y a juste de l’apprentissage en permanence qui nous amène de plus en plus vers nos objectifs.

Par contre, vous risquez d’être en révolution plutôt que d’être en évolution si vous pensez :

  • qu’il y a une défaite ;
  • que vous auriez dû faire autrement ;
  • et que vous souhaitez que le passé soit différent.

En révolution, vous allez attirer le même type de personnes, situations, circonstances en boucle. Pourquoi ? Parce que votre subconscient ne va pas vouloir revivre cet événement vu :

  • qu’il ne veut pas y revenir ;
  • et qu’il ne comprend pas la négation.

Il va donc le revivre jusqu’à temps que vous lâchez ça afin qu’il ne soit plus attiré comme un aimant vers ce type de :

  • circonstances ;
  • personnes ;
  • situations.

C’est ainsi qu’il pourra relancer l’évolution.

Vous vous remettez vite de vos échecs

Encore une fois, tant que nous serons sur terre, nous serons soutenus d’un côté et challengé de l’autre.

Ça veut dire que nous aurons des moments d’oscillation émotionnelle et nous nous dirons : “j’aurais aimé que ce soit différent”. Cependant, le passé est passé et donc nous ne pouvons pas refaire la différence.

En revanche, vous allez commencer à chercher à aller vers la pensée que nous appelons utile à l’Académie de la Haute Performance.

Donc, évitez d’avoir des pensées négatives comme :

  • Ah j’ai perdu, je suis un échec ;
  • j’aurais aimé que ce soit différent !

OK STOP, est-ce que c’est utile de penser comme ça maintenant ?

Et bien, non ! Ok, donc quelle est la meilleure façon de penser ? Et bien c’est :

  • qu’est-ce que j’ai pu apprendre, comprendre ?
  • Quelles erreurs je ne referai pas ?

Il est primordial de se poser ces questions jusqu’à temps que nous nous disions : “waouh, maintenant c’est bon, je peux passer à autre chose”.

Et plus vous allez évoluer, plus vous êtes capable :

  • de passer très rapidement à autre chose ;
  • et de vous recentrer sur votre mission.

Découvrez notre guide hypnose sport motivation qui détaille tout ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Vous vous réjouissez sincèrement de la réussite des autres

Des sportifs avec une bonne force mentale qui félicitent sincèrement leurs adversaires

C’est un bon signe si vous voyez un de vos concurrents gagner et que vous êtes content pour lui. Vous l’êtes sincèrement et n’avez pas de jalousie envers lui, même si vous vous dîtes : “j’aurais aimé que ce soit moi”.

Cela signifie que votre subconscient dira : “c’est cool, moi aussi je veux”. Comme un aimant, votre subconscient va donc être attiré par ça. Pourquoi ? Parce qu’il va croire que c’est bon pour vous.

En revanche c’est un mauvais signe si un de vos concurrents gagne, et que vous dites : “ah, je suis jaloux, il n’aurait pas dû gagner, ce n’est pas bien”. Ainsi, votre inconscient va associer du mal à ça et donc va s’en éloigner.

Encore une fois, si vous arrivez à être content pour les autres, alors vous allez voir que votre subconscient va être naturellement inspiré et aspiré pour aller vers la victoire.

Nous en parlons plus en détails dans l’article : être fort mentalement.

Comment augmenter sa force mentale ?

Renforcer la confiance en soi

Le mot confiance vient de « cum » donc « avec » et de “fidence” qui est la « foi ». Et donc, la confiance en soi, ça veut dire : “je crois en moi et je n’ai pas besoin de preuve pour ça”. La foi, c’est donc croire en quelque chose malgré l’absence de toute preuve.

A chaque fois que je renforce cette confiance en moi alors :

  • je crois encore plus en moi ;
  • et j’ai encore moins besoin de preuve pour ça.

Ainsi, nous allons être totalement détachés. Pourquoi ? Puisque nous n’allons plus nous identifier à notre résultat.

Dès que nous nous identifions à notre résultat en disant  “j’ai gagné, waouh, j’ai été trop fort, j’ai perdu, waouh, j’ai été trop nul”, et bien nous allons :

  • nous identifier à notre résultat ;
  • et nous éloigner de la confiance en soi.

En d’autres termes, si nous attendons un résultat extérieur pour valider qui nous sommes, alors :

  • nous nous éloignons de la confiance en soi.
  • et forcément, notre niveau d’estime de nous-mêmes et notre force mentale vont diminuer.

À l’inverse, nous allons avoir de plus en plus confiance en qui nous sommes lorsque :

  • nous nous détachons de plus en plus des résultats extérieurs ;
  • et que nous nous concentrons sur devenir de plus en plus excellents à long terme.

Et nous allons pouvoir avancer sereinement vers nos rêves et nos visions ainsi qu’avoir cet état d’esprit qui est d’être inarrêtable.

Pour plus d’explications, vous pouvez vous référer à notre article : comment devenir plus fort mentalement ?

Apprendre à mieux se maîtriser

Une sportive qui apprend à se maîtriser

Quand nous ne nous maîtrisons pas, alors nous sommes esclave de nos émotions. L’émotion vient de « Ex », donc extérieur et « movere », qui est le mouvement.

L’émotion est donc un mouvement vers l’extérieur. Elle amène à des généralisations, des distorsions, des omissions et des accélérations.

Cela veut dire que quand nous avons une émotion, alors nous :

  • subissons notre corps ;
  • partons facilement au quart de tour ;
  • ne réfléchissons pas ;
  • et ne sommes pas lucides.

Dans ces conditions, nous disons que vous êtes polarisé car :

  • c’est votre corps qui emmène votre tête ;
  • et vous réagissez instantanément aux circonstances extérieures pour fuir les choses ou aller vers les choses.

En revanche quand vous êtes dépolarisé, c’est votre intelligence, votre tête, votre cortex pré frontal qui amènent le corps. Et donc, vous sentez qu’il n’y a pas d’interrupteur du corporel, alors :

  • vous êtes serein ;
  • vous êtes centré sur le long terme ;
  • et vous maîtrisez vos émotions.

Vous êtes alors vraiment maître de vous-mêmes.

Croire en ses aptitudes

Alors ça, c’est la base de la base de la base. Si vous ne croyez pas en vous, les autres ne croiront pas en vous, et vous vous saboterez. Et même si vous gagnez, vous allez dire : “ah, mais j’ai eu de la chance de gagner, je ne le méritais pas”.

Cela me fait penser à une athlète que nous avons accompagné et qui a fait les Jeux Olympiques. Dès qu’elle arrivait à un niveau international, elle doutait. Elle se disait : “Ah, les autres aussi sont forts et moi je ne suis pas comme ça”.

Nous avons donc fait des Dépolarisations inversées à fond jusqu’à ce qu’elle voie que ce qu’elle admirait chez les autres, elle l’avait aussi chez elle mais sous sa forme. Ensuite elle a pu :

  • croire en ses aptitudes ;
  • se dire qu’en fait, elle peut battre les autres.

C’est justement la base, un des conseils que nous donnons souvent. Si vous n’êtes pas capable de croire en vous, alors, vous aurez un plafond de verre.

Nous vous parlons d’une autre méthode à la page PNL sport.

Gérer ses peurs

Une sportive avec une faible force mentale qui ne sait pas gérer ses peurs

Les peurs sont simplement une perception que ce qui risque d’arriver aura plus de pertes que de gains. Elles sont donc de l’illusion. Nous, à l’Académie, nous ne faisons que ça. Nous faisons ça tous les jours, tous les jours, tous les jours.

Nous venons enlever les peurs irrationnelles des athlètes afin qu’ils se concentrent sur :

  • qui ils sont ;
  • qui ils deviennent ;
  • et sur leur mission.

Et quand vous arrivez en compétition et que vous n’avez pas peur, il reste quoi ? Il reste juste l’envie de tout dépasser !

Il est donc important d’apprendre à bien gérer ses peurs pour pouvoir les transcender et devenir inarrêtable.

Gérer son stress et sa concentration

Quand vous avez du stress qui arrive, soyez content ! Dites-vous que c’est naturel d’avoir ce stress ! Dites-vous que c’est normal ! En effet, grâce à ce stress, votre corps est en train de se préparer à l’action.

Beaucoup de gens stressent de stresser alors que le stress est un bon élément. Pourquoi ? Parce qu’il vient juste mettre le corps en tension.

La gestion de la concentration sera possible en dépolarisant tout ce qui peut empêcher d’être centré sur le bon objectif.

Sachez que votre cerveau traite les choses par ordre de priorité. Si à un moment, le regard des autres est plus prioritaire pour votre cerveau que de gagner le match, alors vous aurez des pertes de concentration.

Pourquoi ? Parce que vous vous concentrez sur le regard des autres avant d’être centré sur vous-même. Comme le détaille l’article sur la concentration sport.

Appliquer la visualisation

La visualisation va permettre de préparer votre cerveau aux meilleures éventualités mais aussi aux imprévus. Votre cerveau sera préparé en avance à l’action si vous vous appliquez à faire des visualisations.

Dans ces dernières vous vous voyez techniquement et vous mettez différents scénarios :

  • ah oui il peut se passer ça ici ;
  • il y a un spectateur qui peut arriver, je peux louper la balle ;
  • comment est-ce que je fais si je loupe la balle pour me recentrer très rapidement sur mon objectif ?

Retrouvez sur notre page visualisation mentale, des exercices pratiques pour y parvenir.

Comment augmenter sa force mentale ?

  • Renforcer la confiance en soi
  • Apprendre à mieux se maîtriser
  • Croire en ses aptitudes

  • Gérer ses peurs
  • Gérer son stress et sa concentration
  • Appliquer la visualisation

Et voici, nous touchons à la fin de cet article !

Maintenant si tu veux :

  • – Développer une identité de Champion
  • – Te libérer définitivement de la peur d’échouer et du regard des autres
  • – Gagner en confiance et sérénité
  • – Battre tes records personnels

Alors je t’invite à cliquer ici pour réserver un créneau avec l’un des coachs en Dépolarisation de l’Académie afin qu’on puisse réaliser avec toi un bilan entièrement personnalisé et gratuit.

Ce bilan te permettra de gagner en clarté et de bénéficier d’un plan d’action précis adapté à TA personne et TES besoins.

Et rappelle-toi :

L’important n’est pas ce que tu fais mais qui tu deviens

Avec inspiration,

Foire aux questions

Quel sport collectif pour renforcer le mental ?

Tous les sports sont différents et renforcer le mental dépend de la personnalité du sportif. Il est donc impossible de donner un sport pour le renforcer puisqu’il est différent chez chaque individu. Chaque personne a ses sensibilités et donc chaque sport va renforcer différemment le mental.

Néanmoins, pour cela il est important que vous soyez dans votre système de priorité intrinsèque.

Comment trouver la force mentale ?

Trouver sa force mentale revient avant tout à être connecté à soi-même. Un sportif va naturellement l’avoir quand il est connecté à son réel système de priorité intrinsèque.

Cela peut être difficile pour une personne qui fait du sport pour les mauvaises raisons comme par exemple :

  • prouver à quelqu’un qu’elle est fort ;
  • un besoin de reconnaissance ;
  • etc

Vous pouvez aussi lire notre article sur comment travailler son mental. Vous trouverez tout dedans.

Comment récupérer mentalement ?

Pour pouvoir récupérer mentalement, il est important pour le sportif de commencer à s’écouter quand il y a un “il faut”, “je dois”. A ce moment, il primordial pour lui de prendre conscience qu’il a le droit de souffler et de s’autoriser à faire des pauses.

Selon le cas, cela peut être pendant une journée ou 2, une semaine ou plus pour ceux qui le peuvent et qui le veulent. Cela peut même être un mois ou 2 mois en fonction des vacances et des calendriers de compétition.

En tant que sportif, il nous revient d’être vigilant dès que nous avons les “il faut, je dois” qui arrivent en boucle. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit souvent des signaux qui nous indiquent que nous commençons :

  • à ne plus nous écouter ;
  • à ne plus être connecté à notre intuition ;
  • et à faire les choses pour les choses pour les mauvaises raisons.

En se reposant et en passant à autre chose, votre cerveau et votre corps aura naturellement envie de se réentraîner ensuite.

Références

https://www.donovanmentalperformance.com/5-tips-to-mental-toughness-in-sports

https://www.peaksports.com/sports-psychology-blog/mental-toughness-training-athletes/

https://www.trine.edu/academics/centers/center-for-sports-studies/blog/2021/mental_toughness_the_key_to_athletic_success.aspx

https://www.psychology.org.au/for-members/publications/inpsych/2018/December-Issue-6/Analyse-this/Mental-toughness-in-sport

https://www.realbuzz.com/articles-interests/sports-activities/article/mental-strength-in-sports/

https://www.wellandgood.com/mental-toughness-sports/

A l'Académie De La Haute Performance, nous aidons les sportifs et entrepreneurs à être serein et confiant dans le milieu compétitif et battre leur record personnel grâce à la Dépolarisation

Partagez :

Facebook
LinkedIn
À propos de Pierre
À propos de Pierre

Votre consultant professionnel dédié aux performers, ancien boxeur de haut niveau, et entrepreneur qui libère votre potentiel bridé tout en vous aidant à éliminer la peur de l’échec.

À propos de Pierre

Votre consultant professionnel dédié aux performers, ancien boxeur de haut niveau, et entrepreneur qui libère votre potentiel bridé tout en vous aidant à éliminer la peur de l’échec.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entretien découverte

Réservez dès maintenant votre session offerte.
OFFERT

1er chapitre du livre L'identité Gagnante OFFERT

Obtenez GRATUITEMENT le 1er chapitre  de L’identité gagnante maintenant >>