Échec sportif : gérer la défaite pour mieux réussir

Parfois, vous allez tellement avoir peur d’un échec sportif que votre corps ne s’engage pas dans l’action. Je me rappelle justement d’une athlète qui a été quintuple championne du monde et qu’on avait accompagnée avant les Jeux Olympiques.

Étant donné que c’était sa dernière année de sport, elle m’avait dit : « Pierre, c’est dingue. Aujourd’hui, je suis arrivé à un stade où ma peur d’échouer est plus grande que mon envie de réussir ».

Quand vous êtes dans cette peur de l’échec, le corps se rétracte. Tout ce qui est de l’ordre de la peur va amener le corps à être sur les freins. Par contre quand vous enlevez la peur de l’échec, comme nous allons le faire aujourd’hui, alors le corps est en expansion.

Nous allons donc voir dans cet article comment rebondir après un échec sportif.

Comprendre la notion d’échec sportif

L’échec est une perception que ce qui va vous arriver aura plus de pertes que de gains. Vous allez vous dire : « mais là attends, si j’échoue mon championnat du monde, ça va être la fin de ma vie. J’aurais raté ma vie et j’aurais des remords toute ma vie ».

Je me rappelle justement de cette athlète qui préparait les Jeux Olympiques et qui m’avait dit : « mais Pierre, j’ai tout gagné dans ma vie. Si je ne vais pas aux Jeux Olympiques, alors  j’aurais des regrets toute ma vie ».

La notion d’échec revient donc à comprendre que : « si j’échoue, je crois que ce qui va m’arriver aura plus de pertes que de gains ». Nous sommes donc dans une illusion et nous nous arrêtons à un espace et à un temps donné.

Il y a une perception d’échec uniquement parce que nous avons une perception de réussite. Nous ne pouvons pas croire que nous avons échoué si nous n’avions pas la perception de réussite.

Et donc, l’échec est la non atteinte d’un résultat dans un espace et un temps donné. En d’autres termes, j’attends un résultat, une forme, et je ne l’ai pas. Ainsi, je perçois que puisque je ne l’ai pas eu, alors j’ai eu un échec. L’échec est donc polarisé dans un espace et dans un temps donné.

En revanche, lorsque nous prenons de la hauteur, nous allons voir que finalement, l’échec n’existe pas.

Et comme disait Nelson Mandela : « soit je gagne, soit j’apprends ». Nous allons justement en parler un peu plus loin.

Faut-il intégrer l’échec dans le processus d’apprentissage ?

Le but est d’arriver à ne plus avoir peur de l’échec. En effet, nous avons vu que ce dernier est juste relatif à quelque chose que nous attendions.

Par exemple, j’ai accompagné un joueur de tennis à l’époque et je lui ai dit :

  • Est-ce que tu préfères perdre tes dix prochains matchs et apprendre à chaque prochain match et ensuite gagner les 50 prochains ?
  • Ou est-ce que tu préfères gagner les 10 prochains matchs et du coup rien apprendre et donc ne pas avancer sur les 50 prochains ? Qu’est-ce qui va te rendre meilleur ?

Et donc, l’échec reste un échec uniquement si nous nous disons que :

  • c’est mal ce qui m’est arrivé ;
  • et c’est la fin de ma vie.

Alors que quand nous arrivons à tirer des leçons de notre échec sportif, nous allons voir que ce dernier disparaît. Cela nous ramène à la phrase de Nelson Mandela : “soit je gagne, soit j’apprends”.

L’échec : un passage obligatoire vers la réussite sportive

Un joueur de tennis qui fait face à un échec sportif

Apprendre un peu plus sur soi-même

En effet, à chaque fois que nous percevons que nous avons perdu et que nous avons échoué, nous nous remettons en question. Nous sommes ainsi capables de nous dire :

  • Qu’est-ce que j’aurais pu faire différemment ?
  • Qu’est-ce que j’aurais dû faire différemment ?
  • Qu’est-ce qui m’a manqué à ce moment-là ?
  • Sur quoi étaient basées mes perceptions ?
  • Est-ce que j’étais basé sur les autres ou sur moi-même ?

Et finalement, nous allons voir comment est-ce que, grâce à cette défaite, cet échec sportif, nous pouvons grandir. Par exemple, cela revient parfois à se demander, si je n’ai pas le résultat sous la forme attendue :

  • Est-ce que finalement le sport de haut niveau est fait pour moi ?
  • Ou est-ce que finalement, je le fais pour de mauvaises raisons ?

Le but à chaque fois est donc d’arriver à vraiment se remettre en question pour nous recentrer. En effet, chaque chose qui nous arrive va être ici pour nous aider :

  • à vivre en tant qu’être humain de plus en plus complet en termes d’authenticité ;
  • et à être de plus en plus nous-mêmes.

Chaque peur est tout simplement un feedback pour nous aider à nous ré-axer, c’est-à-dire à nous reconnecter vraiment à nous-même. Soit nous arrivons à le voir et nous transcendons et grandissons. Soit nous ne le voyons pas et nous allons attirer à nous les mêmes types de :

  • personnes ;
  • situations ;
  • circonstances en boucle.

Et ce, jusqu’à temps que nous comprenions et passions à un niveau supérieur.

Retrouvez dans notre article qui explique comment travailler son mental, nos meilleurs conseils pour y parvenir.

Mieux faire face à ses peurs ?

A l’Académie de la Haute Performance, à chaque fois que nous avons peur de l’échec, nous allons tout simplement lui faire face. Avec la peur, 2 choses peuvent se passer :

  • soit nous pouvons l’éviter et dans ce cas-là nous faisons des choses pour éviter la peur ;
  • soit nous ne pouvons pas et dans ce cas-là, nous y feront face en la regardant droit dans les yeux.

La peur est inévitable

Imaginons, vous avez un match et vous vous dites : “j’ai peur d’échouer”. Est-ce que vous pouvez éviter ça oui ou non ? Non, vous ne pouvez pas l’éviter car :

  • forcément il y a des concurrents avec vous et ils peuvent être meilleurs que vous ;
  • ou bien vous pouvez tomber malade, vous blesser etc…

Il peut y avoir un tas de raisons que vous ne gagnez pas sous la forme attendue. À partir de ce moment, c’est très simple en fait. Comme nous l’écrivons dans le livre, avec la Dépolarisation de la peur, nous irons voir la peur dans les yeux.

J’ai peur d’échouer. Ok, au pire du pire, si tu loupes, qu’est-ce qui se passe ? Quels vont être les bénéfices pour toi à long terme ? Et en faisant ça, nous allons pouvoir en fait voir que finalement, quoi qu’il arrive, nous pourrons évoluer.

Nous en parlons avec plus de détails dans l’article sur comment se libérer de ses peurs.

Que se passe-t-il une fois la peur éliminée ?

Un sportif qui a éliminé sa peur de l'échec

Ce n’est pas le résultat qui va nous rendre heureux. Lorsque nous venons enlever la peur de l’échec, nous accédons à une forme de certitude de foi. Ainsi quoi qu’il arrive, ça va être bien pour notre évolution.

Pour chaque sportif que nous avons accompagné aux Jeux Olympiques, nous leur avons tous fait ce processus en mode : “Au pire du pire, si les Jeux Olympiques ne se passent pas comme tu le veux, il se passe quoi ? Quels seront les bénéfices pour toi à long terme ?”

Nous allons donc voir que finalement l’échec va pousser à encore plus se challenger, encore plus évoluer pour aller plus vite.

L’échec pour mieux se motiver

Là, justement, nous avions travaillé avec une athlète qui avait fait les Jeux Olympiques de Tokyo mais n’avait pas atteint son objectif. Elle a aujourd’hui toutes les chances d’être en lice à Paris en 2024. Cependant, depuis Tokyo, elle avait du mal à se remettre dedans puisque Tokyo, c’était son rêve.

Une fois que nous avons atteint notre rêve, le système nerveux se relâche. Et pour évoluer, il va être soutenu et challengé au même degré. Quand le système nerveux est soutenu (c’est-à-dire que quand nous avons ce que nous voulons et que les choses se passent comme nous voulons), notre système nerveux passe en mode sérotonine, dopamine, c’est-à-dire en mode repos.

En revanche, quand nous sommes challengés dans notre système de valeur, notre corps va plus dégager de la testostérone. Il va se stretcher et passer en mode combat. Comme le détaille l’article dépasser ses limites.

Et ce qui se passe, c’est qu’avec cette athlète, à un moment donné, elle a eu du mal à se remettre dedans. A l’Académie de la Haute Performance, nous ne travaillons pas sur la motivation et nous respectons les lois naturelles.

Vu que son prochain grand objectif, c’est Paris 2024, à un moment donné, elle m’a dit : “Tu sais quoi, Pierre, en fait peut-être qu’aujourd’hui, j’ai besoin d’une grosse claque pour me stretcher et pour me dire en fait non, je donne tout”.

En effet, l’échec va vraiment nous challenger dans le système de valeurs. Quand l’objectif est réellement aligné avec qui nous sommes, ça va nous motiver, nous booster pour nous remettre en action. Et parfois, nous prenons une bonne claque, donc un échec sportif est bien pour :

  • nous remettre en question ;
  • et nous aider à avancer et à accélérer lorsque nous en avons besoin.

Comment rebondir après un échec sportif ?

Ne pas paniquer

En effet, quand les gens sont trop en contrôle, il y a ce moment de panique où ils sont envahis par leurs émotions. Et donc là dans le système nerveux, il y a différents rythmes cérébraux.

Vous avez notamment :

  • le système Alpha qui est le flow donc avec un rythme du système nerveux qui est réellement sinusoïdal ;
  • et le système bêta où nous pouvons voir plusieurs phases.

Les ondes bêta sont vraiment les ondes de la dualité de la matière. Ces ondes peuvent être assez calme parfois mais aussi monter très très haut.

Quand elles montent très haut, cela veut dire que :

  • c’est le bazar dans le système nerveux ;
  • la fréquence cérébrale augmente très vite ;
  • et nos perceptions vont un peu partout.

Il y a plein de pensées qui passent dans la tête, ce qui nous empêche d’être calme. C’est donc la panique. Vous pouvez alors chercher à vous recentrer sur votre respiration afin de vous calmer.

Vous pouvez par exemple vous recentrer sur l’air qui rentre dans votre nez et qui sort par votre bouche. Cela vous permet d’y focaliser votre attention, ce qui fait qu’il y aura automatiquement moins d’informations à traiter.

Et vu qu’il y aura moins d’informations à traiter pour le système nerveux, alors il va pouvoir redescendre dans les ondes Bêta moins voire Alpha. Il sera donc possible de prendre des décisions qui vont être beaucoup plus en accord avec nous-mêmes.

Lorsque nous paniquons, le système nerveux est en mode fuite. Il cherche à fuir le danger. C’est totalement irrationnel et ça ne nous emmènera pas vers nos objectifs.

Laisser exprimer ses émotions

Un sportif qui laisse exprimer ses émotions

Je me rappelle justement d’une athlète qui n’avait pas eu l’objectif qu’elle voulait. Pendant quelques jours en fait, elle était au fond du trou. Elle était mal et elle m’avait dit : “Pierre là, je ne suis pas bien, ce n’est pas normal, j’arrive pas à dépolariser”.

Et moi, je lui ai dit : “c’est top en fait, tu as le droit de vivre tes émotions. Tu as un rêve de dingue. Et donc si tu m’as dit : Waouh, c’est trop cool, j’ai perdu, je suis trop contente, je me dirais finalement que cet objectif n’était peut-être pas pour toi”.

Les émotions sont tout à fait naturelles et sont normales. Nous vivons dans un monde qui est polarisé de matière avec un corps humain. Il est donc naturel d’avoir constamment des perceptions :

  • de bien et de mal ;
  • d’échec ou de réussite.

Et ce, même si sur le long terme, ce ne sont que des illusions. En effet, nous allons voir plus loin que finalement, que ce soit réussir ou échouer, dans les deux cas, il y aura des bénéfices et des inconvénients.

Le fait de s’autoriser à laisser exprimer ses émotions, bien pleurer et mettre des mots dessus, permet de passer à un niveau supérieur.

Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime. C’est donc important de laisser exprimer ses émotions pour :

  • retrouver son calme ;
  • reprendre de l’objectivité ;
  • reprendre de la lucidité ;
  • et repartir en avant.

Vous pouvez d’ailleurs consulter l’article comment lâcher prise pour tout savoir à ce sujet.

Accepter rapidement la situation

Lorsque les sportifs que nous accompagnons sont au fond du trou et qu’ils ont une défaite, nous leur disons :

  1. autorise-toi à exprimer tes émotions ;
  2. donne toi un temps pour les vivre complètement ;
  3. et accepte la situation.

Cela peut être une heure, une journée, une semaine ou un mois. Accepter la situation veut dire voir dans cet échec sportif tous les bénéfices, bénéfices, bénéfices, bénéfices, bénéfices pour leurs rêves et leurs visions.

Nous les amenons ainsi à voir :

  • que cette défaite leur permet de passer à un niveau supérieur ;
  • et que finalement, il n’y a pas eu d’échec.

Ils n’ont juste pas eu le résultat sur la forme attendue à un moment donné. Cependant, c’est grâce à ça qu’ils auront autre chose de mieux à plus long terme.

C’est le cas, par exemple, avec un athlète en e-sport. Il n’avait pas réussi à avoir un titre de champion du monde une fois. Justement, c’était intéressant parce que quand nous avions fait cet exercice-là, nous sommes allés voir tous les bénéfices d’avoir eu cet échec sportif. Et finalement, il avait vu que grâce à ça, il s’était séparé de certaines personnes. Ces dernières étaient plutôt toxiques dans sa vie. Il s’est donc rapproché d’autres personnes.

Alors, plus vous allez être capable de voir les bénéfices et les inconvénients, plus vous serez en mesure :

  • d’accepter rapidement la situation ;
  • et donc de passer à autre chose.

Si vous souhaitez en apprendre plus, lisez l’article : mental de gagnant comment le développer facilement ?

Penser positivement

 Des sportifs qui pensent positivement

Attention, pas une pensée positive en mode bisounours où il n’y a eu que du positif. Non, dans un échec sportif, il y a eu autant le plus que le moins tout comme avec un aimant.

Un aimant en quelque sorte aura le pôle plus et le pôle moins. Si vous le coupez en deux, il se repolarise en pôle plus et en pôle moins.

Ainsi, si vous croyez que penser positivement, c’est uniquement le pôle plus et bien vous allez vous planter. Alors que si vous vous dites, je vais penser positif, dans le sens avoir une démarche active, vous allez voir que :

  • plus l’échec va être grand ;
  • et plus les bénéfices vont être grands.

En d’autres termes, plus un aimant est polarisé, plus il a du positif et du négatif au même degré. Si la force d’attraction augmente d’un côté, alors la force de répulsion augmente de l’autre côté.

Que veut dire penser positivement ?

Vous allez donc vous dire : “je me pose, il y a eu cet échec sportif-là que je perçois comme très négatif. Ça veut dire aussi que tous les bénéfices sont énormes derrière”.

Et vous allez noter, bénéfice, bénéfice, bénéfice, bénéfice, bénéfice, bénéfice, bénéfice. Et ce, jusqu’à ce que vous allez voir l’ordre dans le chaos et vous dire : “ouais, c’était top en fait encore heureux que j’ai perdu”.

Avec 6 ou 7 années de recul, je vois aujourd’hui que finalement, c’est grâce au fait que j’ai perdu mes finales de championnat de France, que j’ai autant appris sur l’accompagnement de l’être humain. C’est cela qui m’a permis de me former autant et d’avoir aujourd’hui l’Académie de la Haute Performance.

Et avec la Dépolarisation, nous avons une méthode innovante, unique et efficace pour accompagner les athlètes. Donc finalement, grâce au fait que j’ai perdu autant de finales, il y a des milliers d’athlètes et de sportifs de haut niveau qui ont accès à la Dépolarisation. Technique qui n’existait pas avant que j’aie mes échecs.

Et donc, c’est comme cela que nous allons :

  • apprendre de nos erreurs ;
  • et les transformer en opportunités de grandir.

Découvrez également notre guide qui explique comment se forger un mental de champion.

Apprendre de ses erreurs

Si vous avez le réflexe de vous poser à chaque fois et de noter tous les bénéfices, bénéfices, bénéfices, bénéfices pour vous d’avoir eu cet échec sportif, vous allez  :

  • voir que finalement vous allez retirer toute la valeur ajoutée à cet échec ;
  • comprendre ce que vous avez à comprendre ;
  • et passer à un niveau supérieur sans rester dans la négation.

Par exemple, avec un jeune encore en tennis qui avait perdu un match, nous nous étions posés comme ça pendant 30 minutes.

Nous avions noté tous les bénéfices pour lui jusqu’à ce qu’il les voit et les ressentent vraiment. Et à la fin, il me dit : “heureusement que j’ai perdu, sinon je n’aurais pas pu apprendre tout ça”.

Vous allez pouvoir extraire toute la valeur de cet échec sportif si vous avez le réflexe :

  • de vous poser ;
  • de noter tous les bénéfices d’avoir loupé quelque chose, d’avoir eu cet échec ;
  • et de noter, noter, noter, noter jusqu’à temps que vous voyez vraiment le “waouh en fait encore heureux que j’ai loupé”.

Ainsi, vous n’allez plus le revivre sous la même forme.

Se fixer de nouveaux objectifs

Un sportif qui se fixe un nouvel objectif

Encore une fois, fixez-vous des objectifs qui sont en accord avec qui vous êtes et pas pour le plaisir des autres.

Quand vous vous fixez un objectif, c’est important d’être capable de se visualiser à au moins 8 sur 10 de bien-être. Vous vous visualisez vivre ça et vous vous dites :

  • je suis bien là ;
  • quand je vois ça, je suis au moins à 8 sur 10 ;
  • j’ai le désir d’atteindre cet objectif, de vivre cet objectif ;
  • et je suis à 8 sur 10 certain que cet objectif est fait pour moi.

Si vous êtes en dessous de 8 sur 10 sur un des objectifs, c’est que cet objectif n’est pas fait pour vous.

Si vous n’êtes pas dans le bien-être en vous visualisant vivre vos objectifs, c’est que cet objectif n’est pas fait pour vous. C’est vraiment important de faire ça sinon vous allez faire les choses pour les mauvaises raisons.

Si vous subissez une perte de motivation sportive, alors notre article vous sera d’une grande utilité.

Pensez aux moyens pour atteindre les objectifs

Un objectif, pour qu’il soit réalisable, est soit probable, soit possible, soit impossible, soit improbable. Donc l’objectif est impossible à atteindre s’il défie une loi universelle comme celle de la gravité ou du temps.

Si dès demain vous commencez un nouveau sport et que vous rêvez d’être champion du monde, ce n’est juste pas possible. Pourquoi ? Parce qu’il y a un temps d’apprentissage qui est plus ou moins long selon chaque individu.

Et ensuite est-ce que l’objectif est probable que vous le réussissiez ? Cela va dépendre s’il est aligné avec vous et s’il y a une réelle stratégie mise en place. Vous rêvez d’être champion, mais vous ne vous entraînez qu’une fois par semaine ? Clairement les probabilités que vous atteignez cet objectif vont être très faibles.

Mettre une stratégie en place et un plan d’action, c’est vraiment la base si vous voulez atteindre vos objectifs. Bien sûr, il est aussi important de se détacher de ses plans d’action.

Si vous êtes par exemple trop fatigué, vous allez vous dire : “je vais plutôt me reposer cette nuit et demain, je serai inspiré pour reprendre”.

Comment rebondir après un échec sportif ?

  • Laisser exprimer ses émotions
  • Accepter rapidement la situation
  • Aller voir les bénéfices de cet échec

  • Apprendre de ses erreurs
  • Se fixer de nouveaux objectifs
  • Se concentrer sur qui vous devenez

Comment reprendre confiance après des échecs sportifs ?

C’est tout simplement en étant capable :

  • de se remettre en question ;
  • de se poser ;
  • et de ne pas s’identifier à son résultat.

Vous dites : “Ah, j’ai échoué, donc je suis nul” ? Vous allez ainsi vous identifier à ce résultat et vous allez perdre confiance en vous. Il est donc important déjà de se dire :

  • ça, c’est un échec ;
  • je n’ai pas eu le résultat sous la forme attendue à ce moment-là, mais ça, c’est l’extérieur ;
  • par contre, moi je reste excellent.

Vous allez ensuite vous demander :

  • que ferait l’excellence par rapport à ça ?
  • comment analyserait-elle cet échec sportif ?

Peut-être que vous n’avez pas eu l’objectif sur la forme attendue à un instant donné. A noter qu’ici, avoir, c’est l’extérieur, ce n’est pas vous. Par contre vous gardez l’état d’être d’excellence.

Et ça vous pouvez l’avoir dès maintenant en vous disant : quel est l’état d’être d’excellent ?

Cet état d’être est confiant et souriant. Quand il regarde l’échec, il l’analyse de manière rationnelle. Vous allez ainsi garder votre confiance en vous puisque vous êtes capable de voir que cet échec sportif n’était qu’un feedback pour vous aider à vous améliorer.

Donc gardez cet état d’être d’excellent. Et ça vous pouvez le faire ici et maintenant. Il n’y a besoin de rien d’autre pour se connecter à l’état d’excellence que de poser l’intention.

Vous allez ainsi vous dire : “je me pose, j’ai peut-être échoué, je m’assois et je me dis : quel est l’état d’être d’excellent ? Comment pense-t-il ? Quelles sont ses émotions ? Quelle est la posture de quelqu’un d’excellent ?

Donc j’ai déjà maintenant l’état d’être de l’excellence. A partir de ça, je vais analyser l’échec de manière rationnelle. Mais rappelez-vous de bien séparer qui vous êtes de ce que vous obtenez.

Et voici, nous touchons à la fin de cet article !

Vous pouvez également consulter l’article fatigue mentale sport. Vous y trouverez de précieux conseils.

Maintenant si tu veux :

  • Te libérer définitivement de la peur d’échouer
  • Gagner en confiance et sérénité
  • Battre tes records personnels

Alors je t’invite à cliquer ici pour réserver un créneau avec l’un des coachs en Dépolarisation de l’Académie afin qu’on puisse réaliser avec toi un bilan entièrement personnalisé et gratuit.

Ce bilan te permettra de gagner en clarté et de bénéficier d’un plan d’action précis adapté à TA personne et TES besoins.

Et rappelle-toi :

L’important n’est pas ce que tu fais mais qui tu deviens

Avec inspiration,

Références

https://restoic.com/blogs/blog/how-to-overcome-failure-in-sport-even-when-you-feel-like-giving-up

https://www.skillsyouneed.com/ps/dealing-with-failure.html

https://www.entrepreneur.com/article/300699

https://sportresilience.com/embracing-failure/

https://www.architechsports.com/blog/failure-is-a-part-of-sports-help-your-athlete-benefit-from-mistakes

https://www.peaksports.com/sports-psychology-blog/turning-athletic-failure-into-growth-and-learning/

A l'Académie De La Haute Performance, nous aidons les sportifs et entrepreneurs à être serein et confiant dans le milieu compétitif et battre leur record personnel grâce à la Dépolarisation

Partagez :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
À propos de Pierre
À propos de Pierre

Votre consultant professionnel dédié aux performers, ancien boxeur de haut niveau, et entrepreneur qui libère votre potentiel bridé tout en vous aidant à éliminer la peur de l’échec.

À propos de Pierre

Votre consultant professionnel dédié aux performers, ancien boxeur de haut niveau, et entrepreneur qui libère votre potentiel bridé tout en vous aidant à éliminer la peur de l’échec.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entretien découverte

Réservez dès maintenant votre session offerte.
OFFERT

1er chapitre du livre L'identité Gagnante OFFERT

Obtenez GRATUITEMENT le 1er chapitre  de L’identité gagnante maintenant >>