Se préparer à une compétition sportive

Découvrez les clés pour bien se préparer avant une compétition sportive

Comment bien se préparer avant une compétition importante ? Avant une compétition, on peut parfois ressentir du doute et se poser toutes sortes de questions. Au moment d’y aller, on a le cœur qui se met à battre un peu plus vite, le ventre qui se noue et cette petite voix qui nous dit « t’es sûr(e) que t’es prêt ? » On a beau avoir fait une bonne préparation physique et technique, s’être entraîné des milliers d’heures, on se demande tout de même comment aller chercher ces détails qui font la différence.

Je vais donc vous donner ici mes secrets pour bien préparer mentalement une compétition et vraiment être au top le jour des compétitions.

Se fixer des objectifs pour bien préparer une compétition

Tout d’abord, pour bien se préparer avant une compétition, il est important de bien définir votre objectif. 

Posez-vous les questions suivantes : 

“Qu’est-ce que j’essaye d’atteindre à travers mes compétitions ?

Qui est-ce que je souhaite devenir à travers cette compétition ?

Quel type d’athlète ai-je envie de devenir dans 10 ans ?

Comment cette compétition va m’aider à construire le moi du futur ?”

Ces questions vous aideront à définir des objectifs qui soient vraiment alignés avec qui vous voulez devenir et qui ont du sens pour vous.

Se fixer un objectif c’est avoir un cadre, une direction vers laquelle mettre son énergie. 

« Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va. »  Sénèque

Ainsi, vos objectifs peuvent être un moteur très puissant. Une vision claire de son objectif permet également de résister aux difficultés.

« Celui qui a un pourquoi assez fort pour vivre peut supporter n’importe quel comment » écrivait Nietzsche.

Il y a un exercice intéressant à faire, où on focalise les 5 sens d’une personne sur un point et on observe très souvent que la personne ne peut pas se détacher de ce point, elle reste déterminée, concentrée, comme hypnotisée et attirée par cet objectif, malgré les distractions.

Il est donc très important de définir clairement votre objectif pour savoir où vous allez et bien se préparer avant une compétition.

Si je vous demande : « quel est votre objectif ? », vous allez certainement me répondre : « gagner ce tournoi », ou « améliorer mon classement », «battre ce mec ou cette fille-là »,  « être en équipe de France », « aller aux JO », ou encore « être champion du monde »…

Se fixer des objectifs pour bien préparer une compétition

Nous vivons dans un monde matériel, de dualité, où nous pouvons voir qui nous devenons seulement au travers de nos réalisations matérielles.

En effet, ces réalisations sont visibles, tangibles, palpables et sont à l’extérieur de nous, donc elles existent.

C’est génial d’avoir des objectifs très élevés, d’être ambitieux, mais parfois, si on ne remet pas l’objectif à sa place (en tant que serviteur et non pas en tant que maître) cela peut venir créer de la résistance, voire des blocages.

Soyez donc vigilant à ne pas devenir des esclaves de vos objectifs.

Pour cela, définissez le prix à payer de votre objectif.

Si vous êtes uniquement dans l’excitation vous ne voyez qu’une face du dé, vous ne percevez pas tous les « sacrifices » à faire pour l’atteindre.

Cela peut vous paraître contre intuitif mais pour bien préparer une compétition, voyez tous les inconvénients à l’atteinte de votre objectif et les bénéfices à ne pas l’atteindre.

Cela a pour but de faire tomber l’objectif de son piédestal et ainsi vous ne serez plus esclave de votre objectif extérieur.

De plus, grâce à ce processus de Dépolarisation, vous allez normaliser votre objectif en enlevant tout le fantasme associé à celui-ci.

Plus vous admirez quelque chose ou quelqu’un, plus vous vous minimisez et vous vous privez de jouer sur le même terrain de jeu.

Les mots comme “il faut, je dois” sont juste des symptômes qui montrent que vous sous-estimez par rapport à votre objectif.

En d’autres termes, lorsque vous mettez votre objectif sur un piédestal, vous n’existez que par rapport à cet objectif et vous mettez en jeu votre identité dans l’atteinte de votre objectif ou non. 

C’est exactement ce que faisait l’athlète que j’accompagnais pour se préparer avant une compétition lorsqu’elle me disait « tu te rends compte Pierre, si je ne me qualifie pas pour les JO ça va être la fin du monde, c’est ma dernière année, si je ne vais pas aux JO ma vie sera finie, j’aurais des regrets toute ma vie… »

Reprenez votre pouvoir sur votre objectif jusqu’à être neutre, soit jusqu’à ce que votre système nerveux voie autant d’avantages que d’inconvénients à l’atteindre ou pas.

Lorsqu’on écroule la peur il ne reste plus que la certitude.

Vous allez ainsi pouvoir poser les actions nécessaires à l’atteinte de votre objectif en toute sérénité et en toute liberté.

L’objectif est juste un moyen de vous guider vers qui vous avez envie de devenir.

Servez-vous en comme un outil à la réalisation de vous-même.

Le piège dans lequel on peut parfois tomber en tant que sportif c’est de dériver toute notre identité de ce après quoi on court. 

En effet, les sportifs de haut niveau ont souvent été très forts, très jeunes dans leur discipline et ont été récompensé pour cela très tôt dans leur vie. 

Et même s’ils aiment ce qu’ils font, cette validation a contribué à leur donner envie de continuer ce sport.

Cela peut même devenir une sorte d’addiction positive.

Et souvent, toute notre identité se construit autour de notre sport.

Le problème avec cela, c’est que ça peut nous faire dépendre d’une motivation extérieure et nous rendre également sensible et dépendant du regard des autres.

De plus, lorsque notre identité est profondément ancrée en une chose, cela peut devenir notre « faiblesse ».

Autrement dit, ce qui nous rendait fort peut nous rendre faible si on compte trop dessus.

Si on se blesse ou qu’on a une mauvaise période par exemple et qu’on n’a pas développé d’autres identités dans d’autres domaines, cela peut devenir la « mort » de notre identité !

Et par conséquent la mort de notre confiance, de notre estime de nous-même…

Finalement, en vous autorisant à développer d’autres identités et d’autres domaines dans votre vie, cela peut vous permettre de mettre moins de pression sur votre sport et devenir plus libéré.

Qui je deviens à travers cet objectif ?

Comme je vous le disais plus haut, nous vivons dans un monde matériel mais à l’intérieur de notre corps physique évolue quelque chose de non tangible, non définissable et d’impalpable.

Certains l’appellent l’être, d’autre l’âme ou inconscient… Et cette partie en nous est infinie.

atteindre ses objectifs en compétition

Aujourd’hui, au travers de tous les sportifs et entrepreneurs que j’ai pu accompagner, s’il y a bien une chose dont je me rends compte, c’est que peu importe ce que l’être humain peut faire ou avoir sur cette terre, le seul but est de devenir. 

En effet, Être, Faire puis Avoir est l’ordre naturel.

Ce qui nous remplit vraiment, ce qui nous apporte la plus grande satisfaction, c’est de sentir qu’on grandit, qu’on progresse en tant qu’être humain.

Le but est donc d’étendre cette partie infinie en soi car le fini ne pourra jamais combler l’infini !

Or, faire grandir de manière illimitée nos zones de génie demande d’être complètement libéré.

Cependant, au cours de notre vie, on a pu réprimer certaines parties de nous-mêmes car on a intégré (consciemment ou non) qu’elles n’étaient pas « valables ».

On ne s’autorise donc pas à développer certaines parties de nous-même.

Cela me rappelle un joueur de basket que j’avais accompagné et qui stagnait par peur d’être perçu comme égoïste par les autres membres de son équipe. Il jugeait donc le trait de caractère « égoïste » en mal.

Or, lorsqu’on intègre qu’on peut avoir toutes les identités possibles et imaginables, on peut s’autoriser à avoir des croyances et donc des résultats différents.

Si nous prenons la pyramide de Dilts, on peut voir qu’en fonction de l’identité qu’on va développer, on va entretenir certaines croyances qui à leur tour vont générer certains résultats.

pyramide de Dilts pour se préparer à une compétition

Lorsqu’on élargit l’identité, on accroît également le champ des possibles et on s’autorise à exprimer le trait de caractère approprié à chaque moment.

Pour en revenir à notre joueur de basket qui avait peur d’être perçu comme égoïste, il allait parfois faire la passe à son coéquipier alors qu’il avait toute la place pour marquer !

Donc si on retourne ses perceptions, on peut lui faire réaliser qu’en réprimant ce trait de caractère, il empêche de faire gagner son équipe et c’est certainement plus « égoïste » que de marquer pour son équipe !

Ce processus de Dépolarisation a donc rééquilibré ses perceptions et maintenant il s’autorise à jouer librement et à mettre en place les actions les mieux adaptées à chaque situation.

Comme on peut le voir ici, on peut facilement changer le sens d’une situation donnée, ce ne sont que des faits avant qu’on vienne mettre une étiquette dessus.

A vous de voir quel sens vous voulez donner à vos actions !

Pendant votre préparation à la compétition, concentrez-vous sur qui vous avez envie de devenir, peu importe le résultat extérieur.

Quelles sont les 3 identités que vous avez envie de développer sur cette compétition sportive ?

Est-ce l’excellence, le courage, la détermination, la sérénité ?

Comment se préparer mentalement avant une compétition : découvrez mes secrets de coach

Quand la compétition se rapproche, on peut avoir tendance à s’inquiéter, à se demander quoi faire et cela va venir nous prendre de l’énergie ainsi que de l’espace mental.

Voici donc quelques conseils afin que vous arriviez enthousiaste et plein d’énergie en compétition.

Que faire la veille d’une compétition sportive ?

Chaque individu, par définition, est unique. Il est donc important d’apprendre à se connaître et à déterminer son système de valeur. Vous avez certainement la valeur sport dans l’une de vos trois valeurs les plus hautes (sinon il faut se poser des questions 😉) et ensuite ? Est-ce famille, loisirs, écrire, apprendre, jouer de la musique, sortir entre amis ? 

Quelles que soient vos valeurs, il est important d’avoir une vision claire de celles-ci pour utiliser votre énergie à bon escient et être pleinement épanoui(e).

Pour savoir que faire la veille d’une compétition, il est important de définir vos valeurs et vous autoriser à vivre pleinement en accord avec celles-ci pour vous nourrir de choses qui vous inspirent et vous donnent de l’énergie.

Lorsque vous vous demandez comment se préparer avant une compétition, vous avez deux options. Les deux sont complètement ok tant que vous faites ce qui est important pour vous et que vous ne subissez pas la projection des valeurs des autres sur vous.

  • Soit vous préférez vous isoler et vous mettre en condition pour le lendemain relativement tôt. Vous sentez que ça vous prend trop d’énergie de vous disperser et que ce n’est pas dans votre système de valeur.  Dans ce cas, peut-être que vous aimez regarder des vidéos ou lire un livre inspirant par exemple.
  • Soit vous préférez vous distraire, penser à autre chose, aller voir vos amis, votre famille, vous détendre ou faire ce que vous voulez parce que vous sentez que c’est ça qui vous nourrit.
passer du temps en famille se détendre avant une compétition

Peu importe votre profil, dès que vous pensez à votre compétition, il est important de ressentir l’enthousiasme d’y aller et en même temps de vous visualiser à la fin de votre compétition en vous disant « wow j’ai tout donné, c’était top ».  Lorsque vous faites ces deux chemins là mentalement, cela va conditionner votre cerveau à vous dire c’est cool, demain j’ai ma compétition et je vais pouvoir expérimenter ce que j’ai fait à l’entraînement ! Je vais pouvoir donner le meilleur de moi-même et encore gratter un millimètre vers qui je veux devenir.

Comment gagner en énergie avant une compétition

Pour préparer une compétition, une fois que vous avez décidé qui vous avez envie de devenir, portez votre attention sur votre énergie.

Demandez-vous quelles sont vos pensées par rapport à cette compétition et si ces pensées vous sont utiles ou non.

Une fois que vous avez fait le tri, allez ensuite chercher des énergies de joie, d’enthousiasme, de certitude.

Rappelez-vous les moments spécifiques où vous avez ressenti chacune de ces émotions.

Si vous êtes inspiré et que l’objectif est vraiment important pour vous, vous serez naturellement dans la bonne énergie.

Cet exercice permet tout de même de ne rien laisser au hasard !

Pour arriver en énergie haute à votre compétition, il est également nécessaire que vous fassiez des choses qui vous inspirent et qui vous nourrissent les jours d’avant.

Il peut être intéressant aussi d’établir une routine et ne pas changer ses habitudes pour bien se préparer avant une compétition.

Comment gérer son stress pour bien préparer une compétition ?

La veille de la compétition, le corps peut se bloquer et les choses deviennent moins fluides, on ne comprend pas pourquoi mais on n’arrive pas à reproduire en compétition ce que l’on sait faire à l’entraînement.

La première chose à intégrer lorsqu’on cherche à gérer son stress pour se préparer avant une compétition, c’est d’arrêter de vouloir dompter votre stress.

gérer son stress pour bien préparer une compétition

En fait, le stress est bon et mauvais à la fois.

Le mot stress est issu du mot latin « strictus » qui signifie serré, étroit.

Le stress entraîne des changements physiologiques dans le corps.

En effet, l’organisme réagit au stress en libérant de l’adrénaline qui va oxygéner les muscles.

On observe également une augmentation du rythme cardiaque, de la tension artérielle et une baisse du taux de glucose dans le sang.

Le stress prépare ainsi votre corps à entrer dans l’action.

Cela veut donc dire qu’il y a une pression plus grande dans le corps et c’est une bonne chose !

Ces changements physiologiques sont donc totalement naturels mais parfois on peut s’inquiéter de voir ces symptômes arriver.

Autrement dit, on stresse de stresser !

Une des clés pour se préparer avant une compétition est donc d’accepter le stress. Le stress est une réaction naturelle après tout. Si vous êtes stressé cela veut dire que ce que vous faites a de l’importance pour vous et c’est bon signe !

Le stress est donc un mécanisme qui peut vous aider à vous dépasser. 

Ayez de la gratitude pour le stress 😊

De plus, une bonne gestion de votre stress vous permettra d’être davantage concentré(e) et dans le moment présent.

Le but est donc d’obtenir le juste équilibre entre l’enthousiasme qui va vous pousser à vous dépasser et en même temps un peu d’incertitude qui va vous maintenir en alerte.

Là où le stress peut devenir problématique, c’est lorsqu’il est basé sur une peur et pas sur une envie de se dépasser.

Ce stress basé sur la peur va amener le corps en rétraction comme un cheval (qui est le subconscient) avec son cavalier (le conscient), le cheval va y aller à reculons et donc votre énergie ne sera pas totalement déployée au service de votre performance sportive et votre effort physique.

Pour résumer, bien se préparer avant une compétition et gérer son stress passe par :

  1. Accueillir son stress
  2. Changer votre perception du stress
  3. Avoir de la gratitude pour votre corps qui se prépare à l’action ! 

L’hygiène de vie pour bien se préparer avant une compétition

L’importance de l’alimentation – Que manger avant une compétition sportive ?

L’alimentation joue un rôle clé dans votre hygiène de vie et dans votre préparation à une compétition !

Vous aurez beau vous coucher à la bonne heure, avoir un état d’esprit de gagnant et bien gérer votre stress, si vous mangez mal, à un moment ou un autre, votre corps va se rebeller.

L’alimentation a bien plus d’impact sur votre santé que vous ne l’imaginez et c’est évidemment un domaine sur lequel il est important de porter son attention pour se préparer avant une compétition.

Le but de la nutrition est d’optimiser le fonctionnement des dizaines de milliards de cellules dans votre corps.

C’est donc à vous d’apprendre à vous connaître et ainsi manger ce qui vous convient le mieux.

On dit souvent que l’intestin est notre deuxième cerveau. Notre microbiote va donc être influencé par ce que nous mangeons mais aussi ce que nous ressentons. 

« L’hygiène émotionnelle » ou la manière dont nous gérons nos émotions est donc cruciale dans notre hygiène de vie globale.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la gestion des émotions et savoir comment se libérer de ses émotions bloquées, cliquez ici pour lire notre article.

Certaines personnes ont donc un microbiote déséquilibré, qui va envoyer des signaux « hackés » à leur cerveau en réclamant toujours plus de sucre par exemple.

Puis, si vous mangez trop de sucres et que votre corps gère mal l’insuline, cela va générer un tas de conséquences désastreuses dont des états émotionnels déséquilibrés liés aux variations trop rapides du taux de sucre dans le sang.

Certaines personnes se retrouvent parfois dans des états dépressifs simplement liés à des hypoglycémies !

Faites donc attention à consommer un maximum d’aliments à l’index glycémique bas dans votre alimentation de base, à manger des féculents avant votre compétition et à avoir un apport nutritionnel régulier afin d’éviter les hypoglycémies en pleine compétition !

manger des féculents avant une compétition

Par exemple, si vous avez une compétition en fin de matinée et que vous prenez un petit-déjeuner trop riche en sucres rapides, vous risquez d’avoir un coup de barre pendant votre compétition sportive à cause de la chute de votre taux glycémique.

Aussi, veillez à ne pas changer vos habitudes alimentaires lorsque vous préparez une compétition.

En effet, si vous essayez quelque chose de nouveau juste avant votre compétition, vous ne savez pas comment votre corps peut réagir. 

De plus, sous l’effet du stress, votre système digestif peut parfois se mettre au ralenti.

C’est pourquoi il est nécessaire d’opter pour des aliments que vous avez l’habitude de consommer et que vous tolérez bien lors de votre préparation à une compétition afin d’éviter toute mauvaise surprise.

On s’accorde également à dire qu’il vaut mieux manger léger et pas trop gras avant une compétition pour que toute votre énergie soit dirigée vers vos muscles et votre cerveau plutôt qu’à la digestion de votre repas !

Si vous êtes en train de digérer lorsque vous faites du sport, l’afflux sanguin ira donc vers votre système digestif et vous allez par conséquent vous sentir lourd, sans énergie.

Pour éviter toute mauvaise surprise, il est préférable (dans la mesure du possible) de cuisiner vos repas à base d’aliments bruts pour préparer une compétition (et en général) afin de savoir exactement ce qui va dans votre corps.

Les aliments transformés, déjà prêts, ont souvent subi plein de processus industriels avec plein d’additifs qui vont venir perturber notre microbiote et donc l’ensemble de notre santé.

Lorsqu’on cuisine nous-même, on sait exactement ce qu’on met dans son assiette et on contrôle mieux sa santé.

On conseille également d’éviter de consommer de la viande rouge notamment pour se préparer avant une compétition puisque cela va venir créer de l’acidité dans le corps.

Le but est d’avoir une alimentation basifiante, avec un maximum de végétaux (fruits, légumes, épices…) afin d’optimiser les performances de votre corps.

Pour résumer, voici quelques principes de base à mettre en place en matière d’alimentation avant une compétition :

  • Manger des féculents pour donner à votre corps le carburant nécessaire
  • Avoir un apport en sucre régulier pour éviter les hypoglycémies
  • Ne pas changer ses habitudes alimentaires avant une compétition
  • Ne pas manger trop lourd ou trop gras la veille ou le jour J
  • Cuisinez vous-même vos repas à base d’aliments bruts

Le sommeil

Lorsqu’on souhaite bien se préparer avant une compétition, le sommeil est un élément crucial pour la récupération et la régénération des cellules.

Pour s’assurer d’avoir un bon sommeil réparateur, il est important d’avoir un bon environnement avec une literie adaptée, une chambre plongée dans le noir, pas trop de bruit…

bien dormir avant une compétition

On recommande également d’arrêter les écrans 2 heures avant d’aller se coucher car la lumière bleue perturbe la production de la mélatonine, l’hormone du sommeil.

Avoir un rituel avec de la musique, une tisane ou un livre peut également favoriser un bon endormissement.

Aussi, afin d’arriver naturellement fatigué(e) au lit, il est important de ne pas dépasser 30 minutes de sieste dans la journée.

Chaque être humain a un rythme circadien correspondant à des cycles de 90 minutes donc lorsqu’on prend l’habitude de s’endormir et de se réveiller sur son rythme circadien, l’endormissement et le réveil se font donc plus facilement.

Aussi, on recommande généralement aux adultes de dormir entre 7h et 9h par nuit. 

Il s’agit maintenant d’adapter ces recommandations pour trouver ce qui vous convient le mieux. 

On entend également souvent que les heures dormies avant minuit comptent double car elles sont les plus réparatrices.

Cependant, il est encore une fois important d’écouter son corps et sa fatigue afin d’adapter ces recommandations à ce qui nous convient le mieux !

Par exemple n’allez pas vous coucher à 21h si votre organisme souhaite rester éveillé, cela sera contre-productif (sauf si vous adorez compter les moutons) !

Hydratation

L’hydratation est également un domaine à ne pas négliger afin de se préparer avant une compétition !

Pensez donc à bien boire tout au long de la journée, avec au moins 1,5L d’eau (pas d’alcool 😉) par jour.

bien s'hydrater avant une compétition

Une déshydratation mineure de 1% de perte d’eau du poids de corps entraîne une baisse de 10% des performances sportives !

Lorsque la perte d’eau atteint 4%, cela provoque une chute de 40 à 60% de la performance en fonction de la température !

Il est donc important de boire avant d’avoir soif car souvent, lorsqu’on ressent la soif, il est déjà trop tard, votre corps est déjà plus ou moins déshydraté.

Pour être sûr de ne jamais manquer d’eau, veillez à toujours garder une bouteille d’eau sur vous afin de pouvoir vous hydrater tout au long de la journée.

Vous pouvez également mettre des traits sur votre bouteille afin de vous donner des objectifs ou encore mettre des rappels sur votre téléphone pour penser à boire !

Bien boire est donc primordial pour bien préparer une compétition !

L’importance de la respiration

Lorsqu’on parle d’hygiène de vie pour préparer une compétition, on pense souvent à l’alimentation, au sommeil, à l’hydratation, et toutes ces choses-là sont super importantes mais en théorie, nous pouvons nous arrêter de manger pendant 30 jours, arrêter de dormir pendant une dizaine de jours, arrêter de boire pendant 3 jours mais nous pouvons nous arrêter de respirer plus de quelques secondes.

Savoir bien s’oxygéner est donc primordial !

Or bien souvent, les sportifs que j’accompagne arrivent avec une respiration thoracique dominante.

Ils ont donc tendance à être en hyperventilation, crispés et ont du mal à se détendre.

Le tout premier exercice que je leur propose est donc de prendre le temps, tous les soirs, de respirer quelques minutes par le ventre.

L’exercice consiste à s’allonger sur le dos, élever ses jambes à l’équerre sur un support, poser une main sur le ventre, l’autre sur la cage thoracique, puis inspirer en étant vigilant à ce que seulement la main sur le ventre bouge.

Pendant 5 minutes, vous inspirez en gonflant le ventre au maximum puis expirez en dégonflant au maximum.

Cet exercice est un super moyen de préparer une compétition.

Au début, cela semble difficile d’adopter une respiration abdominale naturellement, mais au bout de quelques semaines, c’est intégré et on se sent bien plus détendu, plus relâché.

En effet, tout comme notre posture, la respiration impacte considérablement notre état interne.

Lorsqu’on apprend à bien respirer, elle nous détend et nous apaise aussi bien physiquement que mentalement.

Le repos

Savoir comment bien se préparer avant une compétition implique aussi de savoir s’accorder des temps de repos.

Il est vraiment important d’apprendre à se connaître et à s’écouter pour savoir quand il est temps de fournir un effort physique mais aussi quand s’accorder du repos.

Un sportif qui se dépasse et sort de sa zone de confort tous les jours a aussi naturellement besoin parfois de temps pour se régénérer, mentalement et physiquement.

s’accorder des temps de repos

On a autant besoin du système nerveux sympathique (l’accélérateur) que du système nerveux parasympathique (le frein).

Accordez-vous donc ces moments de répit en conscience car de toute façon, vous ne pouvez être tout le temps à fond. 

Si vous ne le faites pas, votre corps le fera pour vous en créant des blessures ou des maladies pour vous forcer à lever le pied.

Lorsqu’on est dans le plaisir, dans l’enthousiasme et aligné avec son système de valeurs, on sera naturellement performant lors de notre compétition sportive.

Il s’agit ici encore une fois de bien se connaître afin de savoir de quelle dose d’entraînement on a besoin avant notre compétition sportive.

Bien se préparer avant une compétition implique donc d’arriver mentalement et physiquement reposé pour pouvoir être prêt à tout donner.

Comment réveiller ses muscles pour se préparer avant une compétition

Pour se préparer avant une compétition, il est tout d’abord important d’effectuer un bon réveil articulaire avant de réveiller ses muscles.

Commencez par le bas du corps en faisant des mouvements circulaires avec vos chevilles, puis vos genoux, vos hanches, vos coudes, vos poignets et enfin votre nuque.

Si vous le souhaitez, vous pouvez également vous masser avec un rouleau afin de dénouer d’éventuelles tensions.

Ensuite, réveillez vos muscles en utilisant des élastiques, en faisant des squats ou des relevés de bassins au sol.

Après, une fois que vous avez déverrouillé vos articulations et échauffé vos muscles, vous pouvez commencer à faire monter le cardio avec de la course, de la corde à sauter, du vélo…

Vous pouvez ensuite ajouter des gammes de mouvements comme des montées de genoux, talons -fesses, pas chassés, pas sautés, pas croisés…

Ensuite, vous pouvez par exemple faire des exercices de coordination dans une échelle de rythme puis enchaîner par des sprints.

réveiller ses muscles pour se préparer avant une compétition

Pour finir votre préparation à la compétition, vous pouvez effectuer des mouvements de balanciers avec une jambe, puis l’autre, afin que votre corps soit souple et prêt à l’action !

A vous ensuite d’intégrer des échauffements plus spécifiques à votre discipline en fonction des muscles et des articulations davantage sollicités.

Aussi, c’est encore une fois à vous de vous connaître afin de savoir quelle partie de votre corps a besoin de plus ou moins d’échauffement et pouvoir performer au maximum avant votre compétition sportive.

Pour préparer une compétition, il est aussi très important d’arriver transpirant afin que le corps soit véritablement prêt à l’action !

De plus, c’est une excellente manière d’évacuer son stress car c’est souvent l’inaction et l’attente avant une compétition qui nous font stresser.

Une fois que le corps est dans l’action, on ne réfléchit plus, on y va !

Comment travailler son mental avant une compétition

Pour devenir plus fort mentalement et bien se préparer avant une compétition, voici un exercice très puissant :

Quand vous arrivez en compétition, pour être fort peu importe les circonstances extérieures, rappelez-vous que le but de chaque chose qu’on fait à l’extérieur, c’est juste de devenir un être humain plus complet et développer les identités que l’on a choisies.

Pour se préparer avant une compétition, vous pouvez donc vous demander : « Qui ai-je envie de de devenir à travers cette compétition ?»

Cela me rappelle un judoka que j’ai accompagné, à chaque fois qu’il arrivait contre des personnes qu’il percevait comme plus fortes que lui, il baissait en régime parce qu’il se disait qu’il allait perdre et son intention se focalisait sur le résultat.

En revanche, lorsque je lui ai demandé :  « Qui as-tu envie de devenir à travers cette compétition ? »

Il m’a dit : « j’ai envie de retrouver le guerrier que j’étais. »

L’ancrage qu’on avait mis en place du coup, c’est qu’à chaque fois qu’il touchait les mains de son adversaire, il se répétait : « je suis un p***** de guerrier ! »

Et à ce moment-là, que ferais ce guerrier en moi ?

Il se disait donc que plus l’adversaire était fort, plus il avait l’opportunité de devenir davantage un guerrier.

La veille de la compétition, demandez-vous alors : « Qui ai-je envie de devenir à travers cette compétition ? »

Afin de bien se préparer avant une compétition, décidez de devenir plus de cette identité, que ce soit déterminé, créatif, intelligent, tacticien ou plus de ce que vous voulez !

Décidez de vous dépasser d’un millimètre à travers cette compétition et concentrez-vous sur devenir plus proche de l’identité que vous souhaitez développer.

Lorsque vous faites ça, peu importe le résultat extérieur, vous êtes concentrés sur qui vous devenez et le résultat extérieur arrivera naturellement.

D’ailleurs, dans son livre « Obliquity », John Kay explique pourquoi nos objectifs sont souvent mieux atteint de manière indirecte. 

En effet, aussi paradoxal que cela puisse paraître, si vous souhaitez aller dans une direction, le meilleur chemin est certainement de partir dans une autre direction.

Et pour le coup, le chemin que je vous propose sera bien plus libérant et épanouissant que de vous focaliser sur un résultat extérieur, qui ne dépend pas que de vous.

Vous reprenez ainsi votre pouvoir en ayant le choix de qui vous devenez, millimètre par millimètre.

De plus, c’est un super exercice pour se préparer à une compétition sportive mais c’est aussi quelque chose que vous pourrez garder toute votre vie et qui va bien au-delà du sport.

En abordant vos compétitions sportives de cette manière, vous rentrez ainsi dans un jeu infini car où s’arrête l’intelligence, la créativité, la détermination ? 

Comment se motiver avant une compétition

Pour bien se préparer avant une compétition et arriver motivé(e), connectez-vous à votre objectif, visualisez qui vous voulez devenir, posez-vous la question : « comment je me vois dans 3,5,10,15 ans ? »

Rêvez grand, cela va naturellement vous mettre en énergie car vous serez connecté(e)s à une vision qui vous inspire.

Comment se motiver avant une compétition

Un très bon moyen pour se motiver et se préparer avant une compétition est la visualisation.

Tout d’abord, pour faire une bonne visualisation, il est important de se mettre dans un état propice au relâchement. Pour cela, vous pouvez vous mettre dans un endroit où vous êtes bien.

Si ce n’est pas possible, pensez simplement à un endroit où vous êtes bien et rappelez-vous un souvenir qui vous procure du bien-être.

Il est important que vous ressentiez bien ces émotions de bien-être car ainsi, vous allez les ancrer.

A l’inverse si vous ressentez de la peur pendant votre visualisation, votre cerveau va aussi ancrer cette émotion et ce n’est pas ce qu’on veut.

Ensuite, une fois que vous êtes bien, invoquez tous vos sens, voyez qui vous souhaitez devenir, ressentez ce que vous voulez faire, touchez ce que vous désirez avoir.

En effet, votre cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est réel et imaginé lorsque vous mettez vos 5 sens !

Ressentez déjà les émotions liées à votre réussite.

Ressentir le bien être de vous être dépassé et d’être fier de vous (la fierté naît du dépassement de soi) avant la compétition va permettre à votre cerveau d’ancrer ces sentiments favorables à la performance. 

Ainsi, en ressentant ces émotions avant l’évènement, vous préparez le terrain pour votre réussite. 

Plus vous arriverez à ressentir intensément ces émotions, avec tous vos sens, plus vous aurez de chance d’atteindre le succès.

Écoutez votre discours après votre victoire, goûtez à la satisfaction du succès.

Plus vous mettrez de détails, plus cela paraîtra réel pour votre cerveau. 

Pour aller plus loin dans votre préparation à la compétition, visualisez-vous comme si ce que vous souhaitez était déjà réalisé, voyez que votre objectif est atteint et ressentez que votre corps est déjà en train de le vivre.

Ressentez la satisfaction liée à l’atteinte de ce succès.

La répétition de la visualisation dans les bonnes conditions va permettre à votre cerveau de normaliser ce que vous souhaitez matérialiser. 

Quoi qu’il arrive, lorsque vous vous demandez comment se préparer avant une compétition, faites ce qui vous convient le mieux, ce qui marche le mieux pour vous.

Trouvez le juste équilibre entre l’énergie de l’enthousiasme et celle de la certitude que vous allez réussir.

Ainsi, votre corps va être équilibré entre le système nerveux sympathique et le parasympathique.

En résumé, pour bien préparer une compétition et arriver motivé(e) :

  1. Concentrez-vous sur votre objectif
  2. Visualisez-vous comme si c’était déjà fait
  3. Prenez vos décisions à partir du vous du futur

L’entraînement pour se préparer avant une compétition

Tout l’enjeu lorsqu’on cherche à se préparer avant une compétition est de se connaître suffisamment pour arriver assez reposé(e) mais pas en désentraînement non plus !

En effet, si on ne fait rien pendant une semaine avant la compétition, on risque d’arriver trop mou, le corps va mettre du temps pour se remettre en marche et on aura certainement de mauvaises sensations…

Au contraire, si on s’est trop entraîné, on risque d’arriver avec moins d’envie, on sera vite fatigué et on va récupérer moins vite entre les efforts.

Pour atteindre votre pic de forme en compétition, il est important de décharger progressivement le volume d’intensité des entraînements la semaine d’avant, en moyenne entre 30 à 60%.

Aussi, lorsqu’on cherche à se préparer avant une compétition, on peut parfois avoir besoin de se rassurer donc on va aller s’entraîner davantage.

Ce n’est pas forcément une bonne option car vous montrez, à vous-même et à vos concurrents, que vous ne vous faites pas assez confiance.

En plus, vous allez vous fatiguer.

A l’approche de votre compétition sportive, il est donc important que vous vous fassiez confiance afin d’arriver serein(e) et plein d’énergie !

En effet, vous vous êtes certainement déjà entraîné des milliers d’heures avant cette compétition, maintenant il est temps de laisser votre corps faire ce qu’il sait faire !

Moins vous vous faites confiance, plus vous allez créer une interférence entre votre conscient et votre subconscient, donc des conflits internes.

On atteint beaucoup plus facilement la zone lorsque la petite voix dans notre tête disparaît.

Comme je vous le disais plus haut, lorsqu’on écroule la peur, il ne reste plus que la certitude !

Et pour écrouler la peur, la dépolarisation est l’outil qu’il vous faut.

Gérer le stress et la peur de l’échec grâce à la Dépolarisation

A l’Académie de la Haute Performance, à chaque compétition, on se focalise sur l’être humain qu’on est en train de devenir à long terme.

On cherche à gratter un millimètre chaque jour pour se dépasser.

Le dépassement de soi est ce qui amène la fierté dans le corps.

Lorsque j’accompagnais une athlète dans sa préparation mentale avant les JO, cela faisait quelques mois qu’elle ne performait plus car sa peur d’échouer était devenue plus forte que sa détermination d’aller aux JO.

Le corps était donc bloqué car il percevait le risque de perte sur cette compétition.

Tout ce qu’on fait en dépolarisation est basé sur des lois universelles.

Nous sommes dans un monde de dualité où chaque chose existe uniquement lorsqu’elle peut se différencier de son milieu.

Si vous pensez que la victoire existe c’est que vous avez une perception de ce que peut être la défaite.

Donc vous êtes attaché à une forme de résultat et vous n’arrivez pas à voir beaucoup plus loin que l’objectif.

Quand vous n’arrivez pas à voir les inconvénients liés à l’accomplissement de votre objectif, vous êtes polarisé.

Dans ce cas de figure, le stress va bloquer le corps plutôt que le déverrouiller et l’aider à passer à l’action.

Vous allez ainsi associer de la peur avec votre objectif, du stress négatif va se dégager et donc votre corps va se verrouiller.

Il est important de comprendre que la peur est juste l’illusion que si je n’ai pas ce que je veux, il y aura plus d’inconvénients que d’avantages.

Si vous enlevez la peur, il reste uniquement la certitude et là vous devenez inarrêtable.

Ensuite, il n’y a plus d’oscillation, une confiance et une présence se dégagent de vous car vous n’êtes plus attaché à la forme par laquelle votre résultat va se manifester.

Lorsqu’on sort de l’illusion de la perte et du gain, on sait que finalement il ne pourra rien nous arriver et quoi qu’il arrive on en tirera des bénéfices.

On se concentre alors sur l’essentiel : qui on est en train de devenir sur le long terme.

Et ça vous l’emmènerez bien plus loin que le sport !

Si vous êtes prêt à aller plus loin grâce à la dépolarisation, profitez de votre entretien offert ici, on fera un diagnostic d’où vous en êtes aujourd’hui, où vous voulez aller, ce qui vous empêche d’y arriver pour l’instant et comment exploser vos blocages pour y arriver !

Avec inspiration,

L’équipe de l’Académie de la Haute Performance 

Partagez :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
À propos de Pierre
À propos de Pierre

Votre consultant professionnel dédié aux performers, ancien boxeur de haut niveau, et entrepreneur qui libère votre potentiel bridé tout en vous aidant à éliminer la peur de l’échec.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entretien découverte

Réservez dès maintenant votre session offerte.
OFFERT