Comment gérer ses émotions ? Un expert vous répond !
Comment gérer ses émotions concept. Homme et femme jouant au tennis

Comment gérer ses émotions ? Un expert vous répond !

Il vous est certainement déjà arrivé d’être en pleine compétition et de vous sentir complètement submergé par vos émotions, de sentir que vous perdez totalement le contrôle, que vous n’y voyez plus clair et que vous n’agissez pas comme la personne que vous voulez être. Ensuite, la compétition se termine, la pression redescend et vous regrettez de ne pas avoir su mieux gérer vos émotions.

Vous avez peut-être même pu ressentir de la honte et vous demander ce qui n’allait pas chez vous. Ne vous inquiétez pas, si je vous le raconte aussi bien c’est que je suis aussi passé par là. Savoir comment gérer ses émotions s’apprend.

J’ai une solution pour vous qui a déjà fait ses preuves sur les centaines de sportifs et entrepreneurs qu’on a accompagnés.

Si vous souhaitez apprendre à gérer vos émotions pour devenir serein(e) et confiant(e), lisez cet article jusqu’au bout 🙂

Comment gérer ses émotions pour ne plus les subir ?

Avant de commencer à parler de la gestion émotionnelle, il est important de comprendre que ce sont vos pensées qui génèrent vos émotions.

femme sportive triste assise dans les vestiaires

En effet, en fonction de vos pensées (qui ne sont ni plus ni moins que des impulsions électriques) votre corps va réagir d’une certaine façon en sécrétant des émotions qui amèneront votre corps soit en ouverture et en puissance, soit en fermeture et en repli.

Cela me rappelle lorsque j’étais au fond du trou et que j’ai décidé de partir méditer en Thaïlande dans un temple. 

Pendant 20 jours dans le silence complet, sans lire, sans écrire, sans parler !

Je passais mes journées à méditer et à la fin, le moine me proposa un entraînement spécial : 3 jours et 3 nuits sans dormir, sans m’allonger, sans douche et sans voir personne.

Je pensais que c’était impossible, mais j’accepte.

48 heures plus tard, lors de notre rendez-vous, je lui dis :

  • Je ne comprends pas, cela fait maintenant 48 heures que je n’ai pas dormi et je ne suis pas fatigué, que se passe-t-il ?
  • Eh bien tu vois, la majorité des gens ont un corps qui est à un endroit pendant que les pensées voyagent. Et pour beaucoup, soit la pensée part dans la souffrance du passé, “ce gars-là m’a blessé il y a 7 ans”, soit dans les soucis de l’avenir, “comment vais-je arriver à payer mes factures”, et c’est très énergivore. La maison de la pensée, c’est le corps, et toi depuis ces deux dernières semaines, ta pensée est à la maison et c’est pourquoi tu ne te fatigues pas.

C’est notamment à la fin de ce Vipassana que je tilte sur le fait que je suis un Être Humain, pas un Faire ou un Avoir Humain. 

Puis je rentre en France et je comprends ce qu’il manque à la préparation mentale. 

Six mois plus tard, Michel CONTE, 6 finales de championnats du Monde et d’Europe vétéran, me contacte. 

Dans 6 semaines il a les championnats du monde. 

A chaque fois, il perd en finale. 

Il a vu ma publicité Facebook et il me dit “Pierre, j’ai fait un paquet de coaching, magnétisme, deux ans de PNL mais j’ai toujours ce blocage, je sais que tu peux m’aider”. 

Alors nous avons bossé ensemble et dès la première séance, nous avons fait sauter l’identité qui bloquait. 

Mais nous continuons car il est dans le programme HIGH PERFORMER ACADEMY. 

Et 6 semaines plus tard, à Marrakech, il devient champion du monde. 

A vrai dire, dès la première séance je savais que c’était déjà fait car on a travaillé sur son identité et on a écroulé la charge émotionnelle qui l’empêchait de prendre sa place.

Prendre sa responsabilité

Quand on ressent une émotion désagréable, on peut parfois être tenté de chercher un coupable. 

En effet, lorsqu’on ressent de la colère par exemple, c’est bien plus facile de se justifier, de se trouver des excuses que d’être face à nous-même.

boxer avec des gants rouges

C’est bien plus facile de se dire “c’est à cause de ce que cette personne m’a dit il y a 3 jours” plutôt que de se dire “pourquoi ça me touche autant?”, “comment est-ce que je pourrais mieux utiliser cette énergie?”, “c’est quoi le bénéfice pour moi?” ou encore  “qu’est-ce que ça vient m’apprendre?”

Lorsqu’on se demande comment gérer ses émotions pour ne plus les subir, il est très important de tout d’abord prendre sa responsabilité.

Vous êtes responsable de comment vous vous sentez. 

A l’Académie de la Haute Performance, on accompagne des performers responsables qui ont envie de se dépasser.

Vous connaissez peut-être le triangle de Karpman (persécuteur, sauveur, victime) ?

Dès lors que vous rentrez dans ce triangle, vous rentrez dans un jeu psychologique qui vous empêche de prendre vos responsabilités.

Si vous souhaitez apprendre à gérer vos émotions, arrêtez de blâmer les autres et prenez la responsabilité de vos émotions. 

Certaines choses sont là pour vous soutenir, d’autres pour vous challenger mais tout cela a pour but de vous faire grandir.

Le but de la vie n’est pas de vivre dans le fantasme d’un monde bisounours mais plutôt de grandir en devenant un être humain plus complet, plus responsable, capable de gérer des complexités de plus en plus élevées, quels que soient ses domaines de vie.

Comment se détacher de ses émotions ?

Pour mieux gérer ses émotions, il est important d’apprendre dans un premier temps à s’en détacher.

Le détachement émotionnel consiste tout d’abord à prendre conscience de ses émotions.

Prendre conscience des émotions qui nous traversent permet tout d’abord d’agir sur celles-ci car nous ne pouvons pas agir sur ce dont nous n’avons pas conscience.

Prendre conscience de ses émotions permet également de prendre du recul sur celles-ci afin de nous rendre compte que nous ne sommes pas nos émotions.

Elles ne font que passer. 

Victor E. Frankl, auteur de « Man’s Search for Meaning » écrivait : « Between stimulus and response there is a space. In that space is our power to choose our response. In our response lies our growth and our freedom.

« Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace, nous avons le pouvoir de choisir notre réponse. Et c’est dans notre réponse que se trouve notre progression et notre liberté. » 

Prendre du recul nous amène ainsi à mettre de la distance entre nous et nos émotions pour mieux les gérer et les contrôler.

Pour cela, vous pouvez imaginer que vous sortez de votre corps et que vous vous satellisez. Vos émotions vous paraîtront bien moins importantes vues de là-haut 😉 

Ensuite, nous avons le pouvoir de décider comment nous souhaitons répondre à ce qui nous arrive, qui nous souhaitons être.

L’acceptation

La seconde étape pour apprendre à gérer ses émotions consiste à les accepter. 

femme souriante après avoir fait du sport

Vous ne pouvez pas vous détacher émotionnellement de quelque chose tant que vous y résistez.

Tout ce à quoi on résiste persiste et tout ce que l’on embrasse s’efface, disait Carl Jung.

En effet, lorsque vous résistez à quelque chose et que vous essayez de l’éviter, vous lui donnez de l’énergie pour persister.

Par exemple, si vous avez peur de perdre, cela vient donc créer de la résistance, de l’attachement émotionnel au résultat et donc la performance diminue.

Tout ce qui prend de l’émotion occupe de l’espace et du temps dans votre esprit.

Et cet espace-temps-là, s’il est consacré aux inquiétudes du futur ou aux problèmes du passé, n’est pas mis au service de vos actions.

C’est lorsque vous résistez à vos émotions qu’elles deviennent problématiques.

Parfois on a peur, on se sent triste, en colère, et on réprime ces émotions.

Toute émotion réprimée est de l’énergie stockée dans le subconscient.

De plus, tout ce qu’on réprime chez soi, on l’exprime par compulsion.

Autorisez-vous les émotions que vous percevez négatives, arrêtez de vouloir être positif à tout prix.

Donnez-vous le droit d’avoir des émotions négatives et vous verrez qu’elles vont diminuer dans vos perceptions 🙂

Contentez-vous de les accueillir, en souriant, afin de rassurer la partie de vous qui a peur.

Lorsqu’on sait comment gérer ses émotions, on peut aussi agir dessus.

Par exemple si vous vous sentez en colère, au lieu de ruminer, vous pouvez transformer cette émotion en énergie pour aller courir !

Après avoir couru, vous verrez que vous vous sentirez beaucoup mieux grâce aux hormones qui se seront déclenchées dans votre corps et vous serez content d’avoir utilisé votre énergie de manière productive.

De plus, quand on apprend à gérer ses émotions et à se connaître, on voit que chaque émotion a un côté pile et un côté face.

Par exemple, si vous ressentez des émotions dites positives comme de la joie pendant votre compétition, c’est très bien. Mais soyez aussi conscient que cela peut engendrer une forme de satisfaction qui fait que votre vigilance va baisser et vous risquez de vous faire surprendre. 

Au contraire, si vous avez un peu peur, l’incertitude va vous maintenir en alerte et vous avez moins de risque de vous faire surprendre.

C’est pourquoi je ne parle pas d’émotions positives ou d’émotions négatives mais plutôt d’émotions agréables ou désagréables, utiles ou inutiles.

Les émotions sont utiles dès lors qu’on les dirige vers ce qui est important pour nous.

Lorsqu’on a peur de perdre par exemple et qu’on sait comment gérer ses émotions, on se dit :  «ok, si je n’atteins pas cet objectif, je reste assez, je reste une personne confiante et de valeur. »

Et comme vous obtenez des résultats à la hauteur de qui vous êtes, vous allez certainement avoir les résultats d’une personne confiante en elle !

Lorsque vous neutralisez vos perceptions avec la dépolarisation, vous n’oscillez plus émotionnellement comme auparavant.

Vous êtes libres d’exprimer l’entièreté de qui vous êtes à chaque instant puisque vous savez au plus profond de vous que quoi qu’il arrive, tout est là pour vous faire grandir.

Vous choisissez votre chemin en sachant consciemment qu’il y aura autant d’avantages que d’inconvénients à chaque étape.

Être présent à son émotion pour la vivre pleinement

La gestion de ses émotions passe donc tout d’abord par la prise de conscience et l’acceptation totale de celles-ci pour les vivre pleinement.

Cela me rappelle lorsque j’ai accompagné Nadia, une joueuse de tennis professionnelle, sur un tournoi à Nantes. 

Elle s’était vraiment dépassée sur ce tournoi et avait perdu finalement contre une fille qui avait été 50ème mondiale. 

Un ami présent avec moi m’avait dit : « ton athlète, elle se déchire ».

On était vraiment content mais aussi la boule au ventre lors de ce match très serré.

Et pourtant, le résultat final n’était pas la victoire.

Le lendemain, j’amène Nadia au sauna et elle me dit : “Bon, j’ai plus qu’à reprendre, ça va aller, etc”.

A ce moment-là, je lui demande : 

  • Et tu te sens comment ?
  • J’aurais aimé gagner.
  • Ok, donc tu as de la tristesse ?
  • Oui.
  • Ok, alors fais le deuil ! Rentre chez toi et autorise-toi à aller au fond du trou, tu as le droit. Vis à fond cette période. Ne cherche pas à faire la femme forte qui au fond a du mal à avouer qu’elle est touchée. Va au fond du fond, pleure, crie, laisse tout sortir, et ensuite reviens plus forte. Ce moment est naturel alors vis le à 100%.

Même si je vous l’accorde, ces émotions sont parfois très inconfortables, très désagréables, il est important d’être vraiment présent avec son émotion.

Sinon, vous allez traîner ces émotions sur le long terme.

Nous pensons que pour être fort, il faut retenir nos émotions. 

Or c’est tout le contraire. 

Il nécessite bien plus de courage pour faire face à ce qui affecte que pour fuir nos émotions désagréables.

La vie est cyclique, été, automne, hiver, printemps, jour, nuit, contraction, décontraction, accélération, frein, etc.

Les émotions refoulées empêchent les moments d’hiver et donc de printemps, de renouveau.

Ce que l’on réprime, s’imprime, a dit Bianca Gaïa.

En soi, les émotions sont juste des signaux qui nous indiquent si nous vivons en authenticité avec nous-mêmes.

Ce sont donc des indicateurs naturels qu’il convient de vivre pleinement.

Soyez donc pleinement présent avec vos émotions afin de comprendre les messages qu’elles vous donnent.

Demandez-vous : qu’est-ce que cela vient m’apprendre ?

Plus vous ressentez une émotion polarisée, plus vous vous éloignez de qui vous êtes. 

L’émotion est une illusion de la réalité.

Nous sommes donc émotifs lorsque nous percevons plus de gain que de perte ou plus de perte que de gain.

On devient donc attaché émotionnellement au résultat, on crée de la résistance et la performance diminue.

On ne voit donc que les avantages à obtenir le résultat que l’on souhaite et que les désavantages à ne pas l’obtenir et c’est cela qui peut engendrer un débordement émotionnel.

L’émotion est donc une version erronée de la réalité mais il convient tout de même de la vivre pleinement.

Nous verrons comment « neutraliser » nos émotions en un temps record grâce à la Dépolarisation à la fin de cet article.

Comment se débarrasser du stress et de l’anxiété ? Le pouvoir de la Dépolarisation

On me demande parfois quelle est la différence entre les sentiments et les émotions. 

L’émotion est une charge électrique qui traverse notre corps tandis que le sentiment est une émotion prolongée, entretenue par le mental.

Par exemple, le corps humain est capable de supporter le stress sur une courte durée mais sur le long terme, cela va être problématique.

Le sentiment est finalement une émotion réprimée.

Si vous êtes conscient de votre émotion, que vous êtes présent avec elle et que vous la vivez pleinement, elle vous a délivré son message donc elle a fait son travail et elle s’en va !

Au contraire, si vous agissez comme si elle n’était pas là, c’est là que ça devient problématique.

Elle va vous laisser son message sous forme de douleurs, de poids stockés, voire de blessures et de maladies.

Lorsqu’on vit pleinement nos émotions, elles ont une durée de vie très courte ! 

En effet, il est très difficile de rire ou d’être en colère plus de 90 secondes.

Par contre, si on les retient, si on les réprime, elles se transforment en sentiments.

Et la durée de vie moyenne d’un sentiment peut aller jusqu’à 70 ans 😉

Si vous avez de la colère réprimée par exemple, à la longue, vous allez développer de la haine.

Si vous avez de la peur réprimée, sur le long terme, vous allez ressentir du stress, de l’anxiété voire faire des crises de panique.

Dans le même ordre d’idée, la tristesse réprimée peut conduire à la dépression.

Vos perceptions créent votre réalité. 

Prenez donc conscience de l’histoire que vous vous racontez par rapport à ce que vous vivez.

Reconnaissez les émotions qui vous envahissent.

De plus, lorsque vous nommez les émotions que vous vivez, cela permet déjà de les diminuer.

Lorsqu’on cherche à se débarrasser du stress et de l’anxiété, il est important de comprendre qu’être, faire, puis avoir est l’ordre naturel des choses.

Être est la plus puissante manière d’obtenir ce que vous voulez.

Notre différence à l’Académie de la Haute Performance, c’est que nous travaillons au niveau de l’identité

Nous sommes des êtres humains, pas des faire humains ni des avoir humains. 

Donc si je n’obtiens pas encore ce que je veux c’est que je ne suis pas encore la personne qui correspond à ce résultat.

Si vous pensez à ce vous voulez mais que vous continuez d’être quelqu’un qui n’est pas en accord avec les résultats que vous souhaitez, vous n’allez pas réaliser les actions nécessaires et donc vos résultats ne seront pas à la hauteur.

Athlete skiing

Si vous souhaitez avoir des résultats à la hauteur de ce que vous voulez, il est important que vous vous détachiez de certaines émotions qui vous maintiennent à votre niveau.

Lorsque vous vous concentrez sur qui vous voulez être, le reste coule de source !

Cherchez donc à devenir plutôt qu’à obtenir.

Comme vous avez pu le comprendre, notre spécialité à l’AHP, c’est la dépolarisation.

La dépolarisation consiste en une série de questions séquencées qui amène à une libération de l’identité.

Plus vous êtes dépolarisé, plus vous êtes un être humain complet, capable de s’aimer et de s’accepter entièrement.

Vous vous rendez compte que vous êtes libre d’exprimer tous les traits de caractère, quand vous voulez.

Plus vous êtes un être humain concentré sur qui il veut devenir, moins vous serez sujet à l’attachement émotionnel puisque vous voyez que tout est sur le chemin.

Vous êtes capable de faire face aux challenges car vous savez que tout est sur le chemin pour vous aider à évoluer.

Notre mission ici est de vivre des expériences, de les accepter, de nous aimer à travers celles-ci afin de grandir en tant qu’être humain.

Si vous souhaitez devenir un être humain plus complet dès maintenant, commencez donc à voir l’équilibre dans tout cela en synthétisant les opposés.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Quand vous ressentez de la colère, de la tristesse, de la peur, comprenez que tout cela est lié à la partie animale de votre cerveau mais pas à votre cortex préfrontal, qui lui est capable de voir la synthèse des opposés.

Par exemple, quand vous êtes en colère, demandez-vous : « quel est le bénéfice pour moi ? »

Vous allez voir que très souvent, la première réaction est de se dire « Il n’y en a pas ! »

Puis, plus vous allez habituer votre cerveau à cette nouvelle perception, plus vous allez persévérer, plus vous allez en trouver et ce sera devenu une habitude pour vous.

La partie animale, la partie limbique de votre cerveau ne peut pas voir la situation dans sa globalité car elle est soumise aux émotions.

Elle oscille donc entre la perte et le gain en fuyant la douleur et en recherchant le plaisir à court terme.

Le cortex préfrontal est lui capable de voir la synthèse des opposés, de voir que ce qui arrive est parfait pour vous faire grandir et vous responsabiliser.

Si vous souhaitez apprendre à gérer vos émotions, intégrez que l’émotion est une illusion de perte ou de gain.

Lorsque vous transcendez vos émotions, il ne vous reste plus que l’inspiration, la détermination, la certitude, la présence voire la gratitude.

Vous êtes centré et vous avez synthétisé ce monde de dualité qui crée ces émotions.

C’est une gymnastique qui demande du travail mais une fois que vous vous serez câblé au bon endroit, vous allez faire un saut quantique !

Pour résumer, comment gérer ses émotions ?

  1. Prenez votre responsabilité et prenez conscience de vos émotions
  2. Acceptez-les
  3. Soyez présent avec vos émotions et vivez-les pleinement
  4. Equilibrez vos perceptions grâce à la Dépolarisation

Si vous êtes prêt(e) à aller plus loin pour enfin devenir libéré(e), serein(e) et confiant(e), profitez de votre entretien offert ici. On fera un diagnostic d’où vous en êtes aujourd’hui, où vous voulez aller, ce qui vous empêche d’y arriver pour l’instant et comment exploser vos blocages pour y parvenir !

Et rappelez-vous, l’important n’est pas ce que vous faites mais qui vous devenez !

Avec inspiration,

L’équipe de l’Académie de la Haute Performance 

Partagez :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
À propos de Pierre
À propos de Pierre

Votre consultant professionnel dédié aux performers, ancien boxeur de haut niveau, et entrepreneur qui libère votre potentiel bridé tout en vous aidant à éliminer la peur de l’échec.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entretien Gratuit

Réservez dès maintenant votre session offerte.
OFFERT

Téléchargez gratuitement le premier chapitre